Je dois rentrer maintenant pour les mariages de mon frère puis de ma sœur et ça sera la fin de mon voyage. Depuis le 9 mai je prépare mon retour en France. Ce n’est pas rien de terminer une aventure démarré en février 2008 mais dont l’idée date de novembre 2006. J’aurais plus de 60 000 km au compteur sur des routes et des mers qui vont du cercle polaire au tropique du cancer, du détroit de Gibraltar à la mer rouge… En distance c’est l’équivalent de deux tours du monde mais sans avion, à la rencontre de centaines de personnes impliquées dans la lutte contre le changement climatique.

Je ne veux pas rentrer en quelques heures en France en faisant un saut en avion, c’est contre l’un des principes de mon voyage (plusieurs d’entre vous me l’ont rappelé…) qui est de prendre le temps de découvrir les variations des paysages et des cultures, mais aussi d’éviter un mode de transport parmi les plus polluants (mis à part le char d’assaut ou la Formule1 peut-etre).

Je ne peux pas non plus reprendre la route en sens inverse : traverser le Sahara à cette époque vous transforme en saucisse grillé, sans compter la fatigue de deux à trois semaines de bus et les frontières à passer.

Et puis j'ai envie de prendre le temps de faire une transition en l'Afrique et l'Europe, réfléchir a la fin de ce voyage, commencer un bilan de ces années de vadrouille dans plus de 30 pays... et parfaire mon bronzage un peu aussi.

Il reste donc une dernière solution (la télétransportation mise à part) : le bateau. Il y a peu de compagnies qui effectuent le transport de passager entre l’Afrique de l’ouest et l’Europe. Suite à un message que j’ai posté sur mon Facebook, Arnaud Contreras(a360.org si je ne me trompe pas) me donne le contact du Club Cargo, un groupe de voyageurs sur Paris, et mes recherches sur Internet démarrent.

Depuis la fin de l’esclavage et l’invention de l’aviation, il ne reste plus que les cargos pour transporter les quelques fous qui veulent voyager par la mer entre l’Europe et l’Afrique. Au bout d’une vingtaine d’emails avec un certain Carlo à Naples, j’ai acheté mon billet avec la compagnie Grimaldi. Il me coûte 3 fois plus cher que l’avion et je mets autant de temps que le bus pour rallier le pays de la sainte trinité (pain-vin-fromages). Je serai à bord du Grande Nigeria, un roulier de 214m de long transportant jusqu’à 2km de véhicules et quelques conteneurs.

Il me reste moins de 48h à passer à Téma. J’en profite pour faire laver mes habits, faire quelques provisions complémentaire pour tenir le coup 14 jours à bord (mais peut-être plus en fonction de l’état de la mer) et passer chez le coiffeur. J’arrive vers le 13 juin à Amsterdam où j’ai prévus de rester 3-4 jours avant de rentrer vraiment à la maison.

Il me restera 1 ou 2 livres a ecrire, des expositions et conferences a preparer et qui devraient, je l'espere, m'occuper au moins jusqu'en mars 2011. Plus des tas d'histoires a raconter a des tas d'amis que je n'ai pas vu depuis des annees (j'ai quelques bouteilles de Bourgogne mises de cotes pour eviter de nous desecher la gorge...).

N’oubliez pas notre RDV le 6 juillet à 20h à la salle des fêtes d’Auxy (71) pour revivre ce voyage avec moi. En attendant, il y a quelques photos disponibles sur mon flickr : http://www.flickr.com/photos/benkamorvan/. Je n’ai pas eu le temps ou le courage de monter la dizaine d’interviews réalisées au Togo et au Bénin, ça sera fait durant l’été

Partager cet article

Additious