sylvainJ'ai rencontré sylvain NDJENDOLE à Dijon au laboratoire de climatologie de l'Université de Bourgogne. Il participait à un projet d'étude alors que je faisais ma maîtrise (M2). Nous avions gardé le contact et je lui ai demandé de répondre à une interview par email. Elle est longue, donc je vous la propose en feuilleton cette semaine, tous les jours vers 14h.

Quelques mots pour présenter la Centrafrique et Bangui
Comme son nom l’indique, la Centrafrique est un petit pays d’Afrique Centrale mais quand même plus grand que la France en terme de superficie. Colonie française, ce pays est « indépendant ! » vers les années 60 mais vit au rythme des coups de force depuis lors. Il dispose de richesses naturelles mais inexploitées pour l’instant. On compte environ 4 millions d’habitants depuis 2003. Bangui, la capitale est coincée au nord-est par les collines de Bas-oubangui et au sud par la rivière Oubangui. Plus attrayante qu’avant, cette capitale renaît de ses cendres après plusieurs années tumultueuses.

Question 2 / les émissions de gaz à effet (GES) de serre en Centrafrique



Quels sont les principales sources de GES en Centrafrique ?
Les principaux GES sont le dioxyde de carbone, CO2, le méthane, CH4, le dioyde d'azote, NO2
Les secteurs émetteurs de GES sont les secteurs énergétique, procédés industriels, solvants, agriculture, terre de foresterie, déchets

Est-il est nécessaire de réduire les GES en Centrafrique ? Si oui comment ?
Ouin car le climat n’a pas de frontières. Ce qui passe ici peut en quelques heures atteindre d’autres régions du monde d’où la nécessité de constituer un front commun de lutte contre ces GES. Ici en, Centrafrique par exemple, on pourrait axer notre développement en optant les industries moins polluantes ou bien d’autres secteurs d’activités qui ne puissent pas porter préjudice à l’environnement ?

Question 3/ Les impacts du CC



Quels sont les principaux impacts du CC pour les habitants de Centrafrique (par exemple dans un ou plusieurs des domaines suivant : agriculture, économie, tourisme, habitats, urbanisme, transport, politique…)
Dans le cas de la RCA, les secteurs suivants sont très vulnérables aux CC. Il s’agit de :

  • Foresterie ;
  • Agriculture/Sécurité alimentaire ;
  • Energie ;
  • Ressources en Eau ;
  • Santé humaine.


Depuis quelques années, on note une occurrence des maladies à transmission vectorielle au niveau du pays. Le nord du pays connaît des épisodes de méningites en saison sèche et beaucoup de personnes en meurent chaque année au même titre que le paludisme et le SIDA. Sur le plan agricole, les changements climatiques amènent une modification du rythme saisonnier des pluies. Le calendrier des pluies est fortement bouleversé et les agriculteurs ont du mal à ajuster le cycle des cultures au cycle des pluies.

Comment les habitants de Bangui s'adaptent-ils aux impacts du CC ? Y a-t-il une nette différence de l'impact du CC en fonction du type d'habitat (bidonville – habitat en dur) ou d'éducation ?
Non, justement, la question se pose car il va falloir adapter l’habitat aux CC. Pour l’instant, cette question n’est pas abordée mais elle ne saurait retardée car en ce moment, on a constaté une élévation de la température minimale. L’habitat actuel ne correspond plus aux nouvelles exigences climatiques. Il fait de plus en plus chaud que d’habitude et on a à peine une saison vraiment froide. Cette situation est à l’origine du développement des maladies à transmission vectorielles

Déjà en ligne :
Question 1/ Présentation + Les signes du changement climatique (CC)
A suivre :
Question 4/ Le cas de l'agriculture
Question 5/ La place du CC dans la politique du pays
Question 6 / Les relations Nord/Sud
Question 7/ Les activités de la Centrafrique dans le cadre des Nations-Unies

Partager cet article

Additious