Voici un article qui devait paraitre le dimanche 30 mars, mais il n'y avait pas de place ...

J'arrive sur l'île de Rhodes après 20 h de ferry depuis Athènes pour rencontrer Anapolitanos THANASIS, le président de l'observatoire anti-nucléaire méditerranéen. Cette association, créée en 2004, compte 140 membres. A cette époque la Turquie relance le projet de centrale nucléaire à Akkuyu, distante de 450 km.

Anapolitanos THANASIS

L'association grecque a constitué un réseau avec d'autres groupes en Europe pour échanger des informations. Elle organise des informations dans les lycées sur le risque nucléaire et les énergies renouvelables, très peu développées sur l'île. Des festivals sont organisés, avec la projection des films réalisés par l'association et une manifestation a rassemblé 2500 personnes, ce qui est beaucoup pour l'île.

L'association craint une pollution de l'environnement lié aux radiations, la centrale devant être situé en bord de mer, en zone soumise aux risques sismiques. Ce projet est aussi une première étape pour la Turquie, toujours en compétition avec l'Iran, pour disposer de l'arme nucléaire.

La production d'électricité à partir du nucléaire produirait 10 fois moins de dioxyde de carbone qu'une centrale à charbon, mais il faut tenir compte de la déconstruction de l'usine et du traitement des déchets. Enfin, les réserves de minerai d'uranium sont aussi limité que celles du pétrole.

Anapolitanos conclue en regrettant que notre niveau de vie dépende de notre niveau de consommation d'énergie. Notre société devrait déjà réduire sa consommation pour essayer de lutter contre le changement climatique.

Conseil de la semaine : un moyen simple d'y voir clair.

La lumière naturelle est à consommer sans modération : la proximité d'une fenêtre est idéale pour installer le coin à vivre. De même, plus les murs de la pièce sont clairs, plus ils réfléchissent la lumière.

Partager cet article

Additious